Les Ohms, les watts et les mAh pour les vapoteurs débutants

Quand vous débutez la vape, les termes techniques utilisés dans les notices des différents composants sont du chinois, même si un bon vendeur a passé 30 mn à vous expliquer.

Si vous allez sur internet pour comprendre, vous risquez de tomber sur les tutoriels ou vidéos techniques qui vous embrouilleront plus qu’autre chose, car ils ciblent plutôt les vapoteurs expérimentés.

Beaucoup de professionnels de la vape sont consternés par le type de matériel que certaines boutiques proposent encore de nos jours. Vendre pour faire du chiffre est bien sûr plus rentable que de donner de bons conseils comme pour tout autre produit de consommation courante.

Dans cet article je souhaite juste expliquer les caractéristiques techniques importantes, de manière simple, sans prodiguer des détails trop techniques, pour que tout fumeur qui entre dans une boutique de vape, ne se laisse pas berner par un vendeur peu scrupuleux.

Les 3 notions importantes à connaître sont les Ohms et les Watts et les mAh.

Mais c’est quoi au juste ?

LA VALEUR DES RÉSISTANCES EN OHMS

Ohm désigne une unité de résistance électrique (sigle mathématique ). Cette unité porte le nom du physicien d’origine allemande Georg Ohm, qui publia la loi d’Ohm en 1827, une loi qui permet de déterminer la valeur d’une résistance

Sans elle, rien n’est possible et surtout pas le vapotage. Son rôle est de chauffer, puis de vaporiser le liquide pour cigarette électronique. 

Elle se présente toujours de la même façon qu’elle que soit la marque ou le modèle : elle est constituée d’une enveloppe métallique qui la protège et permet sa manipulation pour la positionner à l’intérieur du réservoir (de différentes façons selon le clearomiseur).

Elle est composée d’un élément de chauffe (un ou plusieurs fils résistifs) ainsi qu’une matière absorbante (souvent du coton) car il est en contact avec l’e-liquide.

Chaque extrémité du fil résistif est connectée aux bornes + et – et c’est un transfert d’énergie entre ces deux bornes qui fait chauffer la résistance.

Une résistance possède une valeur en Ohm plus ou moins grande qui va jouer sur la tension (volts) ou la puissance nécessaire à la vaporisation (les watts, que l’on peut régler ou non – voir plus bas). C’est cette valeur qui va déterminer la plage de puissance qu’il est possible d’utiliser ou non.

Cette valeur oscille généralement entre 0.1 et 2.5 ohm.

Les sensations ressenties au niveau des saveurs, du volume de vapeur et de la sensation en gorge diffèrent en fonction de cette valeur et de la puissance adaptée qui lui correspond.

Petit détail : le courant électrique est envoyé à partir de la batterie de la cigarette électronique à chaque appui sur le bouton de feu (fire). Contrairement à la logique, il faut se rappeler la chose suivante :

  • plus la valeur de cette résistance est élevée, plus la vapeur sera douce (car la puissance nécessaire sera faible pour la faire fonctionner)
  • et inversement, plus la valeur est basse, plus la vapeur sera aggressive (il faudra monter la puissance pour pouvoir produire de la vapeur).

Un moyen mnémotechnique pour s’en souvenir :

Douce = Élevée (le E est après le D dans l’alphabet)
Agressive = Basse (le B est après le A dans l’alphabet)

La valeur des résistance est en général inscrite sur la résistance elle-même. Par exemple, pour une résistance de 1,2 ohm il sera inscrit: 1,2 ‎Ω. Il est même fréquent que la plage de puissance adaptée soit directement inscrite sur la résistance.

Pour un sevrage tabagique facilité,
une valeur de résistance supérieure à 1 ohm est recommandée,
pour permettre de vapoter avec un taux de nicotine élevé,
permettant de diminuer les sensations de manque.

LA PUISSANCE EN WATTS

Les watts, c’est la puissance à laquelle vous vapez. Certains matériels permettent ce réglage (bouton + et – à côté du bouton « fire »), d’autres le calculent automatiquement sans que l’on puisse intervenir, notamment sur les modèles les plus simples (pas forcément les moins efficaces d’ailleurs).

Pour les matériels sur lesquels le réglage est possible, il ne se fait pas toujours de façon précise, et il existe une plage d’utilisation. Il convient de tester les différentes valeurs de cette plage de puissance pour atteindre la sensation de vape que l’on recherche.

Il est possible de vaper en dehors de cette plage de puissance, mais cela représente tout de même un risque.

  • Une puissance avec une valeur inférieure à la valeur minimum de la plage rendra votre résistance peu réactive. Vous obtiendrez donc une vape peu efficace, avec un faible volume de vapeur et des risques de fuite de e-liquide avec des projections dans votre bouche.
  • Inversement, une puissance supérieure à la puissance maximale définie par la plage risque d’user plus rapidement votre résistance à cause d’une chauffe trop rapide. Vous risquez alors de brûler le coton de votre résistance et d’obtenir ce que l’on appelle un dry hit.

Certains vapoteurs vous parleront de « Sweet Spot » qui désigne le réglage idéal à utiliser avec une résistance. Cette notion est un peu trop technique pour un vapoteur débutant. En effet, elle oblige à connaître la loi d’Ohm, qui permet d’appliquer une tension optimale à une résistance. Je ne détaillerai donc pas ce point ici, mais pour ceux que ça intéresse, vous trouverez tout un tas de tutoriels sur youtube.

L’idéal pour un vapoteur débutant est de tester ce qui lui convient le mieux, et lui permet de supporter le taux de nicotine qui lui a été conseillé en fonction de son passé tabagique (en suivant bien sûr les préconisations de la fiche technique du matériel).

L’AUTONOMIE DE LA BATTERIE EN mAh

Dans la pratique, il est difficile de donner des valeurs réelles, car l’autonomie d’une batterie dépendra de la valeur de la résistance insérée dans votre matériel, de la puissance automatique ou réglable, mais aussi, de votre manière de tirer sur votre e-cigarette.

Néanmoins, on peut indiquer les notions suivantes :

350 mAh : env. 5 cigarettes
650 mAh : env. 10 cigarettes
1000 mAh : env. 15 cigarettes
2000 mAh : env. 25 cigarettes
3000 mAh : env. 35 cigarettes

CONSEILS

Il ne faut pas oublier que la vape reste un moyen de stopper le tabac.

Pour se faire, il est préférable d’utiliser de la nicotine qui diminuera grandement les sensations de manque.

Il faut savoir que les matériels puissants allant à plus de 50 watts ne sont pas nécessaires pour arrêter de fumer, bien au contraire, et risque de rendre votre expérience désagréable.

Pour débuter, mieux vaut prendre un matériel simple d’utilisation. Le marché en est inondé, alors je conseillerai de partir sur une marque ayant fait ses preuve comme :

  • Aspire
  • Eleaf
  • Geek Vape
  • Innokin
  • Joyetech
  • Justfog
  • Kangertech
  • Smok
  • Vaporesso
  • Voopoo

Toutes ces marques ont un vaste choix de matériels adaptés au sevrage tabagique, allant des modèles les plus simples sans aucun réglage, aux modèles un peu plus sophistiqués (sans ressembler pour autant à des usines à gaz très déstabilisantes pour un débutant).

Plus vous aurez d’autonomie, plus vous serez autonome la journée en ne risquant pas de tomber en panne sèche de batterie. Si vous prenez un matériel avec peut d’autonomie, mon conseil serait de vous équiper de 2 kits de manière à en charger un pendant que vous vapotez sur l’autres.

Un peu plus de précisions techniques pour ceux que ça intéressent :